Mélodie nous parle de Tribal Traquenard, Guet-apens indie !

Ce vendredi 23 février, 4 drôles de dames ; Blandine – musicienne (Sahara, Ariel Ariel, etc.), Ludivine – illustratrice/graphiste (Collectif Sauvage Garage), Mathilde – chargée de médiation interculturelle au Krakatoa et Mélodie – en charge de l’école de musique et des actions hors les murs à la Rock School Barbey ; organisent la première édition d’un tout nouveau rendez-vous sur Bordeaux, le Tribal Traquenard. Une soirée qui se déroulera au Void et qui promet d’être au-dessus du soleil !
Véritable agent double au service de la valorisation et de la promotion de l’expression artistique, Mélodie, en charge de l’école de musique et des actions hors les murs à la Rock School Barbey le jour et organisatrice de soirées-concerts la nuit nous dit tout ! Ou presque… 

Illustration par Ludivine Martin
 
 

Prénom : Mélodie.
Age : 27 ans. 
Fonction : en charge de l’école de musique et des actions hors les murs à la Rock School Barbey.
Parcours : Master de gestion de projets culturels à Arles. 
A effectué sa deuxième année de master à Buenos Aires, en Argentine.
Poste : En charge de l’école de musique (Rap et Rock school) et des actions hors les murs.

 
 
 
 

SMAC d’agglomération : Mélodie, comment as-tu débarqué dans le secteur des Musiques actuelles et plus précisément à la Rock School Barbey ?
Mélodie : “A la base je viens de Lille. J’ai toujours été attirée par le secteur des Musiques actuelles. Je vais voir des concerts depuis l’âge de 12 ans et j’ai toujours eu envie de voir et comprendre les ficelles du métier, tout le côté organisation de spectacle en général. Peut-être que le fait d’avoir fait 10 ans de théâtre m’a également donné envie de voir les dessous de la scène.
Ma première « vraie » expérience dans le secteur culturel c’était en 2014, lors de ma première année de master « Gestion de projets culturels ».  J’ai effectué un stage pour le festival Mimi à Marseille dans lequel j’ai fait de la production et cela m’a conforté dans l’idée de travailler dans ce domaine. En plus j’y ai appris plein de choses et j’ai été super bien drivée par l’équipe.
Ma deuxième année de master, je l’ai faite à Buenos Aires en Argentine. Là-bas j’ai été bénévole sur le festival Robot, qui mélange Musiques et Arts visuels. Cela m’a permis de voir comment les événements s’organisaient à l’étranger. Je faisais de l’accueil d’artistes, de la production et un peu de communication aussi. J’ai rencontré plein d’artistes et travaillé dans des lieux insolites, c’était chouette ! 
Avant de rentrer d’Argentine je cherchais un travail en France et j’ai pensé à l’option du service civique qui pouvait-être un bon tremplin pour se lancer dans le milieu professionnel de la musique. En 2015 j’arrive donc à Bordeaux pour effectuer une mission à la Rock School Barbey avec Achraf Es-Sayeh en médiation politique de la ville. J’étais en lien avec les artistes des quartiers dits politique de la ville, musiciens rap et hip-hop. On leur met à disposition des studios, on les accueille à la Rock School Barbey et on leur donne des conseils en communication, gestion de projets, etc. Aussi, on les encourage à organiser leurs concerts en leur mettant à disposition le club et en les accompagnant dans l’organisation des ces évènements (plus d’infos ici). A ce moment là j’ai pu mettre en pratique les compétences que j’avais acquises lors de mes différents stages.
J’ai débarqué un peu comme une fleur, du jour au lendemain et je ne suis jamais repartie. 
Après mon service civique j’avais envie de rester à Bordeaux et un poste se libérant à la Rock School Barbey sur l’école de musique et les actions hors les murs on m’a proposé de continuer l’aventure ce que j’ai accepté. Cela fait maintenant 1 an et demi que j’évolue sur ce poste. J’ai notamment contribué à l’ouverture de la Rap school en 2016. L’école de musique, les Rock et Rap School Barbey ça représente 500 élèves, 20 intervenants pédagogiques, 11 ateliers et un spectacle de fin d’année (plus d’infos ici et ). Pas de quoi s’ennuyer donc ! 
La deuxième partie de mes missions consiste en la coordination d’ateliers hors les murs, avec des publics spécifiques (milieux scolaires, hospitaliers, carcéral…). En plus de reprendre les missions/projets déjà en cours avant mon arrivée j’essaye de mettre en place de nouvelles actions avec de nouveaux partenaires, actions qui devraient voir le jour dans les prochains mois, à suivre donc…”
 
A travers ton télescope, quelle était la vision que tu avais de la scène musicale bordelaise et des différents lieux de diffusion de la capitale girondine ? 
“J’étais consciente de la proposition musicale des lieux dont l’objet principal est l’organisation de concerts et j’ai ensuite eu l’agréable surprise de voir que l’offre musicale  bordelaise ne se limitait pas qu’à cela et qu’il existe tout un mouvement alternatif et qu’il y’avait beaucoup plus de propositions que ce que j’imaginais. Je pense notamment aux bars et caves qui font des concerts et qui ont des programmations super cool. J’ai un peu changé ma façon de consommer les concerts, je m’intéresse de plus en plus à des collectifs et aux petits lieux qui proposent souvent de petites pépites. Je suis quelqu’un de très curieuse et je suis sans cesse à la recherche de nouveaux lieux et groupes. Et cela passe par la rencontre et la discussion avec des gens qui partagent la même passion que moi. Ce qui est très intéressant et enrichissant c’est que ces personnes ne viennent pas forcement du milieu culturel et/ou musical. La scène bordelaise est sans cesse en effervescence, les groupes sont inombrables. Déjà nombreux sont ceux qui viennent à la Rock School Barbey parce qu’ils y répètent et/ou parce qu’ils y sont accompagnés et cela ne représente qu’une petite partie de l’activité musicale bordelaise…”
 
C’est quoi Tribal Traquenard ? 
“Tribal Traquenard c’est une soirée qui mèle concerts et scénographie. Ce sont 4 groupes/artistes mais pas seulement. La scénographie tient une place importante notamment grâce à l’investissement de Ludivine. 
A la base de ce projet, Blandine (musicienne) et Ludivine (illustratrice). Elles sont venues vers Mathilde et moi pour les aider dans l’organisation d’une soirée-concerts. Je voyais Blandine assez régulièrement parce qu’elle est musicienne et qu’elle joue avec Ariel qui est accompagné par la Rock School Barbey et Mathilde parce que nous travaillons ensemble dans le cadre de la SMAC d’agglomération. Ludivine je la connaissais seulement de nom via son collectif Sauvage Garage dont je suis le travail depuis un petit moment. 
L’idée de cette soirée est de proposer des artistes indépendants que l’on ne voit pas ou peu sur Bordeaux ; faire découvrir de nouvelles choses aux personnes avec une programmation pointue. Aussi, on souhaitait faire appel à des groupes locaux pour ouvrir la soirée parce que nous sommes toutes les 4 investies dans le soutien de la scène locale, chacune à notre manière.”
 
Sur quelle planète comptez-vous amener vos publics ce vendredi ? 
“Au Void. Quand je suis arrivée à Bordeaux c’était encore l’Hérétic et le lieu a connu une transition peu de temps après devenant le Void. J’y ai fait quelques concerts et me suis rendue très vite compte que c’était un lieu fédérateur et authentique. Ca nous semble être une bonne idée de faire cet évènement au Void tant le lieu correspond à l’esprit que nous souhaitons lui donner. 
Si cette soirée se fait au Void, les prochaines (s’il y en a) ne se dérouleront pas forcement là-bas, toujours dans cette volonté de faire découvrir à la fois des artistes mais aussi des lieux. 
En tout cas on aimerait que ça soit le premier évènement d’une longue série…”
 
Un mot sur les étoiles montantes qui vont se produire lors de cette soirée ? 
“Tout d’abord parlons de La Chica. La Chica est une artiste franco-vénézuélienne qui nous a tout de suite séduites avec sa musique pop pluriculturelle, venant de ses influences latines et de sa vie parisienne. Nous sommes très  heureuses de l’avoir avec nous pour cette première. A découvrir de toute urgence !
Nous aurons également le plaisir d’entendre Sahara, mené par la jolie Blandine qui fait partie de l’organisation du concert également. Belle formation bordelaise (4 musiciens), ils nous feront découvrir leur univers pop moderne, planant, mélodieux. Nous connaissons bien ce groupe car nous avons la chance de travailler dans des lieux qui soutiennent ces jeunes artistes.”
[Précision SMAC d’agglomération : Sahara est un groupe accompagné par la Pépinière du Krakatoa pour l’année 2018]
“Ce soir là, nous accueillerons également Ariel Ariel. Ariel est l’un des premiers artistes que j’ai découvert sur scène à Bordeaux, très lié à la RockSchool Barbey puisqu’il est accompagné par le dispositif Rock School Pro, mené par le grand Nicolas Cabos. Ce soir là il nous proposera son projet vocal pop en solo, une nouveauté qui a de beaux jours devant elle.”
[Précision SMAC d’agglomération : Ariel Ariel est co-accompagné par la Pépinière du Krakatoa et la Rock School Pro de la Rock School Barbey mais aussi par les structures de la SMAC d’agglomération et l’IDDAC – agence culturelle départementale – dans le cadre d’un nouveau dispositif de co-accompagnement d’artistes du territoire]
“Nous pourrons danser sur les rythmes endiablés de Bounty Inversé, qui va littéralement nous entraîner dans le cosmos. Ce jeune dj bordelais est passionné de vinyles et de musiques du monde entier.” 
 
Salariée de la Rock School Barbey le jour et organisatrice la nuit comment gères-tu ces deux casquettes ? 
“Evidemment ce n’est pas toujours évident, ça demande beaucoup d’organisation en terme d’emploi du temps mais c’est tout à fait faisable. J’essaie de mettre autant d’énergie dans mon travail que dans mes activités en parallèle et j’espère que ça fonctionne. En plus, tout est lié. Il y a certaines personnes que je croise dans mon travail au quotidien et que je recroise le soir autour d’une discussion sur un groupe/sur un concert. C’est super enrichissant.” 
 
Qu’est-ce qu’on peut vous souhaiter pour cette première édition ? 
“Nous espérons avoir du monde pour cette première édition, nous espérons pouvoir toucher le maximum de personnes afin de pouvoir dévoiler notre univers et ces groupes qui méritent d’être découverts ! La rencontre et la découverte sont deux choses très importantes pour nous.”
 
Un mot pour ceux qui hésiteraient encore à venir ?
“Venez ! Ca va être méga cool. Ecouter. Voir. Danser.”

Informations supplémentaires : 
Happés par une spirale spatio temporelle, vous êtes éjectés dans un monde parallèle et échouez sur une planète inconnue. 
Objets musicaux non identifiés, créatures étranges et émanations radioactives, le tribal traquenard se referme sur vous… 
L’abandon à ce voyage cosmique semble être votre seul échappatoire.
 
La Chica (Aztec Punky Pop, Venezuela)
D’un côté de l’océan, il y a l’Amérique Latine. Terre intense et pleine de magie. De l’autre côté, il y a Paris, Belleville. Terre pluriculturelle, urbaine et moderne. À travers sa musique, La Chica réunit ces deux mondes en proposant un collage de textures sonores, empruntées à son héritage traditionnel et diverses influences modernes, en cassant les codes établis.
 
Sahara (Psyché / Pop, Bordeaux)
C’est l’aube au dessus d’une forêt psychédélique ; une pop moderne aux faux airs de Broadcast. Blandine et Jéremy, ces deux voix qui s’entremêlent sur fond de musique melodynelsonesques du XXIe siècle ont le bon goût de l’extase et le parfum des plaisirs défendus. Accompagnés de deux amis musiciens, le groupe affirme un style brut, puissant et joue avec les dualités les plus extrêmes.
 
Ariel Ariel (Vocal / Pop, Bordeaux)
Un grand mystère rock et pop. Psyché et poétique, textes à l’opposé de la formule facile, structures labyrinthiques, Ariel Ariel ne cherche pas la facilité et pourtant reste accessible. Un peu comme un tableau impressionniste exotique, la pop d’Ariel Ariel fascine de manière magnétique à l’image de la voix omniprésente qui déclame haut perchée plus qu’elle ne chante véritablement.
 
Bounty Inversé – DJ SET
Mélomane boulimique et selecta généreux, Bounty Inversé a érigé l’éclectisme comme principe fondamental de son insatiable recherche de curiosités auditives. La trajectoire singulière qu’il trace au coeur des musiques de toutes les époques et de tous les continents concilie son exigence du groove à son amour pour l’improbable ; pour que l’esprit et le corps retrouvent toujours le rythme de la grande folie syncopée du monde.
 

Infos pratiques : 
Void 
58 Rue du Mirail
33 000 Bordeaux 
 
Prix : 8euros en prévente chez Total Heaven (6 Rue de Candale – 33 000 Bordeaux)
10 euros sur place 
+2 euros d’adhésion au Void
 
 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *