L’accompagnement des pratiques amateurs au sein de la SMAC d’agglomération

Chaque étude sur le sujet le mette en exergue, la musique est la première pratique artistique chez les jeunes de plus de 15ans. L’accroissement du temps libre, la recherche d’un épanouissement personnel expliquent l’essor des pratiques artistiques amateurs.
Mais qu’est-ce qu’on entend par ce terme ? Il désigne toute activité artistique et culturelle exercée en dehors de toute contrainte scolaire ou professionnelle, individuellement ou en groupe, dans le cadre des loisirs. Il est nécessaire de rappeler cette définition tant cette notion recouvrent des réalités différentes. Les stéréotypes liés aux amateurs et à leurs pratiques sont nombreux et ancrés : personne assez jeune, qui manque d’implication, de compétences, qui est un sous-professionnel, etc.
En fait les pratiques amateurs sont multiples et ces publics complexes à cerner. Cela explique certainement leur prise en compte et reconnaissance tardives par les pouvoirs publics.

Les pratiques amateurs sont aussi souvent considérées, dans les Musiques actuelles, comme étant la première étape du triptyque « Accompagnement, Création et Diffusion » même si ce schéma est aujourd’hui largement discuté. Une chose est sûre, les amateurs représentent un public très important des SMAC, qu’ils soient amateurs/spectacteurs de concerts, élèves d’école de musique, groupes/artistes qui répètent dans les studios de répétition, etc. La qualité des lieux/professionnels/projets des structures de la SMAC d’agglomération sur ce sujet fait que chaque année, la demande est toujours plus importante et que les structures n’ont pas les moyens (humains, matériels et financiers) pour suivre cette évolution.
A une époque où les équipements sportifs sont présents dans chaque ville et quasiment chaque commune et village, qu’en est-il des écoles de musique, studios de répétition, studio d’enregistrement et autres ?
Les territoires sur lesquels sont implantées les quatre SMAC ne font pas exception à ce constat. Chaque année AREMA-Rock et Chanson et PAD-Rock School Barbey sont obligés de refuser quasiment autant d’élèves qu’ils n’en comptent dans leurs établissements. Doit-on en arriver à faire comme dans certaines écoles de musique territoriales qui refusent les adultes et/ou ceux qui n’habitent pas dans la “bonne” commune, ou pire encore, à tirer au sort les personnes qui pourront accéder aux cours de musique ?  Se posent alors les questions de l’accessibilité et du respect des droits culturels.
Idem pour la répétition. 

Faisant le constat que la demande toujours plus importante, n’est pas satisfaite, le Krakatoa travaille depuis quelques années déjà à l’ouverture, à la maison carrée d’Arlac (toujours à Mérignac), d’un pôle accompagnement des pratiques amateurs avec des studios de répétition, une école de musique et un centre info-ressources. Rock et Chanson et la Rock School Barbey souhaitent, elles, s’agrandir et proposer des lieux supplémentaires pour l’accueil et l’expression des musiciens amateurs. 

Au delà de la notion d’amateurisme il ne faut pas négliger le rôle de la pratique artistique dans la construction de soi en tant qu’individu et en tant que citoyen dans la société (faire et vivre ensemble), les principes de l’Education Populaire, valeurs que revendiquent les structures de la SMAC d’agglomération bordelaise. 

 
Répéter à Rock et Chanson
Crédit photo : Rock et Chanson

Interlocuteurs 

– Krakatoa : Jean-Baptiste Le Friant (assistant accompagnement, chargé du fil sonore) 

– Le Rocher de Palmer : Zoé de la Taille (accompagnatrice de la scène locale et médiatrice interculturelle), François Friquet (Coordinateur du Forum du Rocher)

– Rock et Chanson : Marc Du Mas de Paysac (directeur pédagogique et intervenant pédagogique en guitare), Thierry Andron (chargé d’accueil et d’accompagnement des groupes en répétition), Marc Perperot (chargé d’accueil et d’accompagnement des groupes en répétition), Nicolas Cerezuelle (responsable du studio d’enregistrement). 

– Rock School Barbey : Mélodie Vlamynck (coordinatrice des rock et rap school et médiatrice interculturelle), Daniel Marrouat (directeur pédagogique), Achraf Es-Sayeh (responsable du dispositif Musiques et Médiation), Jeff Poupet (Responsable du bus rock school et du studio d’enregistrement).